Paranoia Agent (妄想代理人)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tia Kai To O Del Benihime
Posteur amateur
Posteur amateur
Féminin Messages : 650
Date d'inscription : 13/03/2011
Age : 21
Localisation : Shinjuku
Voir le profil de l'utilisateur

Paranoia Agent (妄想代理人)

Message par Tia Kai To O Del Benihime le Mar 5 Juil - 15:00

Paranoia Agent


Nom: Paranoia Agent (妄想代理人 Mōsō dairinin)
Publication animé : 2004
Genre : Seinen

Japon, de nos jours.

Tsukiko Sagi est une jeune character-designer tête-en-l’air à l’origine de “Maromi”, dernière mascotte kawaii du moment ayant donné lieu à de nombreux produits dérivés et en passe de devenir héroïne d’un dessin animé. Mais la hype chez nos amis nippons étant aussi éphémère que la durée de vie d’un Echy privé de Xenogears (je vous aide : très courte), Tsukiko se voit déjà chargée de créer un nouveau personnage. Jalousée par ses collègues et stressée par les délais que lui impose son (plus que maniéré) chef, notre dessinatrice rentre donc chez elle comme tous les soirs, sans avoir rien produit. Mais ce soir-là ne sera pas si semblable aux autres : tendue, Tsukiko se sent suivie et se met à courir nerveusement avant de trébucher à l’entrée d’un parking, laissant s’échapper le contenu de son sac sous une voiture. Elle tente de récupérer ses croquis en vitesse mais une ombre plane déjà derrière elle… Obscurité.

“Un jeune garçon. Une batte de base-ball, des rollers. Dorés. Une casquette et un short.” Telle est l’insolite déposition de Tsukiko Sagi dans sa chambre d’hôpital, et c’est sur base de ces maigres informations et d’un croquis que doivent enquêter les inspecteurs Keiichi Ikari et Mitsuhiro Maniwa, chargés de cette affaire déjà largement médiatisée. “Agression de Tsukiko Sagi, designer très connue du jouet populaire Maromi”. De son côté, un journaliste (et accessoirement pervers) fauché du nom d’Akio Kawazu doute de la version de Tsukiko et de l’existence de ce garçon à la batte ; pour lui, cet accident n’est qu’une pure invention destinée à échapper à l’échéance imposée par la compagnie M&F. Il enquête donc sur la dessinatrice et la suit afin de recueillir un maximum d’indices. Le journaliste-sangsue ne se moquera toutefois pas longtemps d’elle car il sera lui aussi rapidement victime du garçon à la batte dorée.

Dès lors se propage la légende urbaine de Shounen Bat (le garçon à la batte) : les rumeurs courent et les médias s’en mêlent tandis que le halo de mystère entourant le jeune agresseur reste total. Ikari et Maniwa poursuivent leur enquête.


Nombres d'épisodes : 13 épisodes


Mon avis: Sur papier (ou plutôt sur écran), Paranoia Agent doit jusque là vous sembler être un sympathique divertissement. Très bien mené, certes, mais pas plus. Seulement ce serait là mal connaître l’ami Satoshi Kon. Car tout comme dans ses précédentes oeuvres Perfect Blue et Tokyo Godfathers, le réalisateur dresse ici un véritable portrait de la société dans laquelle il vit (Millenium Actress étant lui plutôt axé vers le passé), se permettant d’aborder plus de thèmes grâce à sa galerie de personnages bien fournie, et grâce au support plus modulable qu’est une série de 13 épisodes. Il n’hésite ainsi pas à se pencher avec cynisme et mordant sur de nombreux sujets tabous, dont toute personne pour qui le mot “Japon” n’évoque pas qu’une île abritant d’étranges individus sauvages aux yeux bridés (ou des dragons kleptomanes) a dû entendre parler. . Et là, Kon parvient à réellement déranger en traitant des sujets de manière acide mais humoristique, présentant ses personnages comme un heureux trio gambadant à travers les bois. Un “Happy Suicide Club” s’amusant à rechercher un moyen de mettre fin à leurs jours… Et ratant tentative sur tentative.

L’animation est quant à elle excellente, et atteint quasiment le niveau d’un long-métrage (la série a d’ailleurs été conçue au format 16/9) ! Les mimiques, la gestuelle des personnages sont vraiment soignées et diversifiées, tandis que les mouvements restent incroyablement fluides et décomposés pour une simple série TV. Esthétiquement parlant, les couleurs sont chatoyantes, les décors magnifiques et le chara-design extrêmement réussi, varié, expressif. Tout cela contribue à un rendu global unique mais aussi et surtout très vivant.

Enfin, l’ultime claque provient de la bande-son signée Susumu Hirasawa, déjà compositeur sur Millenium Actress et entre autres responsable des OSTs de Berserk, série comme jeux. Comme toujours, ce grand monsieur (ou cet extra-terrestre, c’est selon) nous a gratifié de compositions uniques sur lesquelles il se permet de temps à autre d’apposer son incroyable voix. A commencer par Dream Island Obsessional Park (un certain nombre de pistes sur l’OST portent le nom d’un lieu situé sur l’imaginaire “Dream Island”), l’excellent, épique opening et son mémorable “Ra-i-ya ra raiyora…”. Ou encore le génial Condition Boy aux sonorités plutôt hip-hop, contenant plusieurs voix orientales saccadées et distordues. D’autres pistes, comme Cultivation, s’occupent d’assurer une atmosphère inquiétante (je dirais même plus, Paranoïaque) aux scènes… inquiétantes. Plus apaisant, le très joli ending (Maromi no theme) se retrouve décliné dans plusieurs pistes, et j’avoue m’être souvent surpris à fredonner cette irrésistible mélodie.

Tout cela constitue un très agréable collectif de morceaux à tendance électro voire expérimentale, que je ne peux me passer d’écouter en boucle en rédigeant cet article (et même en dehors). Une bande-son très moderne, orientale et originale qui colle parfaitement au ton de la série.

Conclusion : Après les désormais classiques Perfect Blue (1997), Millenium Actress (2001) et Tokyo Godfathers (2003), le génie Satoshi Kon nous présentait en 2004 sa quatrième réalisation personnelle : Paranoia Agent (Mousou Dairinin). Cette fois le projet était réellement ambitieux car il ne s’agissait plus ici d’un “simple” long-métrage d’animation mais d’une série télévisée en 13 épisodes pour une durée totale avoisinant les 330 minutes. Soit plus de 5 heures… de bonheur ? Et bien tant pis pour le suspense (pardon, maître Hitchcock) : la réponse est oui !

~ C’est l’histoire d’un gars qui… ~

NB : la série est disponible chez Dybex, ne manquez pas les DVD.

Streaming malgré la sortie DVD :


Paranoia Agent 01
Paranoia Agent 02
Paranoia Agent 03
Paranoia Agent 04
Paranoia Agent 05 Partie 1
Paranoia Agent 05 Partie 2
Paranoia Agent 06
Paranoia Agent 07
Paranoia Agent 08
Paranoia Agent 09
Paranoia Agent 10
Paranoia Agent 11
Paranoia Agent 12
Paranoia Agent 13


Dernière édition par Tia Kai To O Del Benihime le Lun 11 Juil - 12:00, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

yami
Habitué(e)
Habitué(e)
Féminin Messages : 173
Date d'inscription : 13/03/2011
Age : 21
Localisation : quelque par
Voir le profil de l'utilisateur http://darkangelyamikisara.skyrock.com/

Re: Paranoia Agent (妄想代理人)

Message par yami le Mar 5 Juil - 16:33

personnellement je n'ai vu que quelques épisodes au hasard et je n'ai pas du tout apprécié :/
et sont style de dessins à beau être bon je n'aime pas du tout se genre de graphisme donc cette série je ne la regarderais pas en entier!!!

Revenir en haut Aller en bas

Tia Kai To O Del Benihime
Posteur amateur
Posteur amateur
Féminin Messages : 650
Date d'inscription : 13/03/2011
Age : 21
Localisation : Shinjuku
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Paranoia Agent (妄想代理人)

Message par Tia Kai To O Del Benihime le Mar 5 Juil - 16:34

Il est vrai c'est assez space. Cependant, il reste un chef d'oeuvre de Satoshi Kon que tu ne verra jamais dans ce cas ;)

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Re: Paranoia Agent (妄想代理人)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:35

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum